À Propos du CCMC

Danielle St-Laurent
Préposée aux entrées de données
stlaurent.d@ccmcqc.com
Samuel Harvey
Directeur général
harvey.s@ccmcqc.com
Diane l’Abbé
Secrétaire administrative
Labbé.d@ccmcqc.com
Julie Beaugrand
Responsable aux entrées de données et avantages sociaux
Beaugrand.J@ccmcqc.com
Éloïse Vincent
Préposée aux entrées de données
Vincent.E@ccmcqc.com
Francine Dubois, inspectrice
dubois.f@ccmcqc.com

Un peu d’histoire


Le 5 octobre 1937, s’est tenue la première assemblée du Comité conjoint des matériaux de construction. Le Comité est l’ancêtre de l’actuelle Commission de la construction, la portion chantier ayant été accordée à la CCQ

En 1937, existait le décret du granit, du marbre et du terrazzo, le décret de l’industrie du fer et bronze ainsi que celui du béton. Tous ces décrets étaient sous la gouverne du Comité Conjoint.

La section granit a été abrogée du décret (avril 1975) et seul la section marbre est en vigueur. Le décret de l’industrie fer et bronze a été modifié le 27 janvier 1970 pour devenir celui de l’industrie de la serrurerie et menuiserie métallique qui a été modifié également pour celui qui existe encore soit le décret sur l’industrie de la menuiserie métallique de la région de Montréal.

Le décret de la menuiserie métallique inclut un régime d’assurance collective (1964) de retraite (1977) et de vacances (1982), tous ces fonds sont administrés par le Comité Conjoint des matériaux de construction.


Actuellement le Comité conjoint des matériaux de construction administre aussi le décret de l’installation d’équipement pétrolier du Québec. Le décret du béton a été aboli le 31 décembre 2000.

Notre Mission


La mission du comité conjoint des matériaux de la construction est d'assurer le respect du décret et administrer les régimes d’avantages sociaux et administrer les fonds qui lui sont confiés. De plus, il vise à offrir des conditions de travail équitables aux travailleurs et favoriser une saine concurrence entre les entreprises de la menuiserie métallique.

Pour conclure, nous tentons d'informer, de renseigner et de conseiller les employeurs et ainsi que les salariés avec compétence, diligence, confidentialité et le respect des articles du décret.